lundi 27 juillet 2015

Calamités de l'été : pyrale du buis

 Après la canicule et les semaines de sécheresse qui l'ont vraiment mis à mal, le jardin doit faire face à présent à sa première attaque de pyrale du buis.

Avec la vingtaine de topiaires et la quinzaine de mêtres de petite haie qu'il y a au jardin, mes buis étaient sous haute surveillance. Il ne se passait pas une semaine sans que je ne les vérifie, les scrute, les épluche pour traquer la moindre tache sur les feuilles ou la moindre chenille défoliatrice.

Et vendredi horreur !
un buis à la très vilaine apparence :


de plus près, on distingue des feuilles dévorées, dont il ne reste qu'une sorte de 'squelette' blanc


 de plus près encore la fameuse pyrale avec des chapelets de petites crottes vertes :



Panique au jardin ! vite ! inspection de tous les buis !
Compte-rendu : le buis de la première photo est le plus attaqué. Quelques petites attaques sur d'autres buis. Mais certains n'ont encore rien.

Je reprends mes notes car depuis un certain temps je conserve précieusement tous les conseils, astuces, expériences des jardiniers dont les buis ont été attaqués, au cas où....

1)  première chose à faire, ramassage manuel de toutes les chenilles visibles (c'est long mais efficace, car les plus grosses sont assez visibles et seront les premières à se nymphoser) : passer le karcher (ou un jet d'eau puissant) à l'intérieur des buis, cela va déloger les oeufs et les chenilles dont la majorité vont "gicler" hors du buis. Mettre éventuellement au préalable une bâche au pied du buis, cela facilitera le ramassage. Inspecter chaque buis à l'intérieur, sur les cotés pour en récolter le maximum. A savoir : les chenilles ne sont pas urticantes. Les écraser ou les ébouillanter. J'en ai récolté une soixantaine.

2) traitement (de préférence le soir et sans risque de pluie) en pulvérisation au bacillus thuringiensis kurstaki  (particulièrement efficace sur les pyrales). Les toutes jeunes chenilles (que nous aurons sans doute laissées passer au ramassage manuel) seront sensibles au B.T.  et seront détruites en quelques heures. Pour ma part, j'ai fait un traitement samedi et un autre le lendemain dimanche. Aujourd'hui lundi à l'inspection j'ai trouvé seulement 2 chenilles et elles étaient mortes.
Il est préconisé de renouvelé le traitement 8 jours après.
Sur le lien suivant, des renseignements sur le B.T. : CLIC

3) installer impérativement des pièges à phéromones car si après ce traitement au B.T. des chenilles se transformaient en papillons, les mâles attirés dans les pièges ne pourraient assurer leur fonction reproductrice. 

Voici également d'autres astuces :

Astuce d'Odile Hennebert (le Jardin à Fleur d'O en Picardie) : saupoudrer aux pieds des buis un mélange de 100gr de piment + 1 kilo de souffre. Gratter la terre pour faire pénétrer et arroser le sol. Ce mélange fort odorant découragerait papillons et chenilles.

Autre astuce trouvée sur le net : saupoudrer sur et dans vos buis (en dehors des périodes de pluie) de la terre de diatomée (CLIC). La terre de diatomée est une poussière d'algues fossilisée agissant comme des rasoirs microscopiques pour les insectes et les nuisibles. On la trouve dans les magasins bio.

 Voici encore un site où tout nous est parfaitement expliqué, avec en prime une vidéo parfaite : http://pyrale-du-buis.com/description-biologie.htm

Je vais user de toutes ces stratégies pour mettre toutes les chances de mon coté.

Ce joli cotinus Young Lady serait vraiment moins élégant sans le contraste que lui apporte le buis sombre.....


samedi 13 juin 2015

Soir de juin... ambiances





Au jardin un soir de juin... (clic sur les photos pour agrandir)











Les valérianes blanches se ressèment seules, sans intervention aucune, tout comme les juliennes des dames (petit message à Pascal s'il passe par ici, avec mes remerciements)


mardi 2 juin 2015

Rosier Parfum d'Evita

 Depuis quelques temps, de la fenêtre de ma cuisine j'ai un charmant tableau...


 Le rosier Parfum d'Evita me ravit par le nombre de ses fleurs et son délicat parfum


Début de floraison il y a 15 jours


Plein épanouissement


Ce rosier (l'obtenteur est l'italien Barni) a été planté au début 2014. Il est d'une vigueur exceptionnelle. L'an dernier pour sa première année il n'a quasi jamais été sans fleurs. Il a été extrêmement remontant et d'une résistance parfaite aux maladies (vous savez que je ne traite jamais mes rosiers).
Ce rosier enchante mes visiteurs, pourtant il est peu connu. J'en avais déjà parlé cet hiver (ICI) je vous le conseille si vous chercher un grimpant à petites fleurs, il mérite largement le label ADR
(acheté à la pépinière Pilté Blin)




N'oubliez pas ce week end : les RENDEZ VOUS AUX JARDINS !!
CLIC ICI pour trouver votre région

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...